Posted in: Général

T-Online conserve ses filiales en France et en Espagne

Après plusieurs mois d’incertitude les salariés de T-Online France (dont je fais partie) et de T-Online Espagne, respectivement plus connus sous les marques Club Internet et Ya.com sont enfin soulagés et fixés sur leur sort.


FRANCFORT (Reuters) – T-Online International anticipe une baisse de son excédent brut d’exploitation en 2005 en raison d’une croissance des dépenses technologiques et commerciales pour attirer de nouveaux abonnés en Allemagne, en France et en Espagne.

Le premier fournisseur d’accès à internet européen, en voie d’être réintégré totalement dans la société-mère Deutsche Telekom, a fait savoir qu’il proposerait la téléphonie par internet ainsi que de nouvelles offres pour rester en tête sur son marché local.

Il a également exclu de vendre ses fragiles filiales française Club Internet et espagnole Ya.com tout comme d’acheter des actifs pour les développer. Après un réexamen stratégique de ces dernières, T-Online a décidé de viser un accroissement de leurs parts de marché en développant leurs actifs existants.

Club Internet et Ya.com perdent de l’argent et du terrain face à la concurrence imposée par les filiales internet des anciens monopoles publics France Télécom et Telefonica et par les nouveaux venus Iliad et Jazztel, qui font des percées dans le haut débit.

Un porte-parole s’est abstenu de préciser comment T-Online comptait parvenir pour ces filiales à une croissance derrière laquelle il court encore, renvoyant à une conférence de presse prévue mercredi.

T-Online prévoit sinon un EBE (Ebitda) en diminution de 100 à 200 millions d’euros en 2004 par rapport aux 460 millions prévus cette année. Selon Reuters Estimates, les analystes prévoient un Ebitda de 565 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’euros en 2005.

Deutsche Telekom a fait savoir que les nouvelles prévisions de T-Online ne l’amèneraient pas à modifier ses propres projections pour l’an prochain.

T-Online précise que ses efforts déployés pour attirer de nouveaux clients déboucheront sur un C.A. dépassant largement les prévisions du marché à partir de 2005 et augmenteront l’Ebitda à plus de deux milliards d’euros dans les dix années qui viennent.

L’action T-Online est au plus haut depuis que Deutsche Telekom a annoncé le projet de rachat des 26% du capital de sa filiale qu’il ne détient pas encore pour trois milliards d’euros.

L’opérateur allemand compte économiser jusqu’à un milliard d’euros en réintégrant sa filiale l’an prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *